Le tri et le recyclage des déchets sont un enjeu éminemment important pour la planète. Ils représentent une économie importante de matières premières et d’énergie prélevées sur la Terre. L’enjeu est considérable contre le réchauffement climatique, c’est pourquoi Recyc-Québec lance sa campagne « La vie en brun! » en direction des municipalités. Comment est organisé le tri et pourquoi faut-il se convaincre qu’il est nécessaire?

Des centres de tri générateurs d’emplois

Les centres ont mis en place deux types de tri, selon leurs moyens : le tri manuel et le tri automatisé. 

  • Dans le cas du tri manuel, les déchets sont séparés par type de matériau sur des tapis roulants par des agents. Les risques de santé et d’hygiène obligent à une grande vigilance de leur part. Et si des déchets non recyclables s’y trouvent du fait d’une erreur de tri par le consommateur, les coûts pour l’environnement augmentent : plus d’essence donc plus d’émission de gaz à effet de serre pour leur réacheminement vers des centres de destruction. Une fois regroupés par grandes catégories, les déchets bien triés sont compressés pour être acheminés vers les industries du recyclage. 
  • Le tri automatisé utilise des appareils tels que des tambours rotatifs, des séparateurs balistiques, ferromagnétiques, etc. Les déchets sont ainsi regroupés par matière sauf si le consommateur les a enfermés dans un sac plastique avant de les glisser dans le bac de tri ou qu’ils ont été empilés les uns dans les autres. Ceux-là donc généreront un surcoût pour être incinérés.

Les filières du tri et de recyclage soutiennent ainsi l’emploi de proximité.

Pourquoi trier?

La première bonne raison est de réduire la pollution des sols par infiltration et contamination des nappes phréatiques par des produits toxiques. Il est donc capital de participer au recyclage des produits chimiques pour préserver la santé du monde vivant.

D’autres déchets tels que le verre ou le plastique sont très longs à se dégrader dans la nature. Outre le danger qu’ils représentent pour l’environnement, ils peuvent être transformés en matières secondaires et éviter ainsi une surexploitation des ressources naturelles. Une tonne d’aluminium par exemple économise 2 tonnes de bauxites, 1 tonne de plastique économise 800 kg de pétrole brut! 

Qui doit trier?

Les particuliers sont les premiers à avoir compris l’intérêt du tri pour la planète. Les entreprises, quant à elles, sont longtemps restées à la traîne, mais elles progressent à s’engager dans une démarche responsable. Elles ont compris aussi que c’était bon pour leur image de marque. Et la facilité de la mise en œuvre du tri, relativement simple, a fini de les convaincre: des sociétés spécialisées mettent à leur disposition des conteneurs qu’elles récupèrent une fois plein. Il suffit ensuite de déterminer au sein des bureaux l’endroit le plus stratégique où les entreposer et de sensibiliser le personnel à ces nouvelles pratiques.