La distraction fait partie de notre quotidien. C’est un des nombreux moyens que l’on utilise pour lutter contre l’ennui et pour passer du bon temps après avoir connu un long ou pénible moment d’effort. Au nombre de ces distractions à but récréatif, il existe les films. Ces derniers, en plus de posséder une fonction récréative pour les téléspectateurs et les petits enfants à travers les jouets dérivés de ces films, ils possèdent aussi une double fonction enrichissante pour les promoteurs ; d’abord par la vente du film lui-même et celui des produits dérivés. Découvrez quelques films ayant permis de faire connaître un essor financier à travers la vente de leurs produits dérivés.

Les films et leurs produits dérivés

Les films sont des fictions à but récréatif et distractif et constituent parfois des moyens de rapprochement entre des individus parfois même de sexes opposés car partageant les mêmes sentiments sur un film quelque peu émouvant. Quand il arrive que le film soit apprécié, puisse déboucher plusieurs accessoires tels que des jouets, les sacs, les habits (T-shirt), les chaussures, etc. C’est donc un montant astronomique que l’on peut se faire à travers les films et ses dérivés. Nous pouvons citer par exemple les célèbres films tels que Batman, Spider-man, Harry Potter, Toy story , Avengers, cars, la reine des Neiges, les tortues Ninja, Transformers qui sont autant de films célèbres qui, à travers la vente des sacs, des chaussures, des T-shirt, bref des accessoires dérivés, ont fait la richesse de leurs promoteurs. À l’instar de tous ces films, Star Wars, un des films très célèbres, a fait beaucoup entendre parler de lui et a coiffé tous les autres films en termes de ventes des produits dérivés. Il faut commencer par parler d’un des dessins animés réalisés grâce à ce film : moi moche et méchant qui ai aussi battu des records de vente. C’est dans ce dessin animé fait à partir de Stars Wars que se trouve la peluche la licorne d’Agnès qui est un jouet très vendu sur le marché.

Les produits dérivés d’autres films

Plusieurs films célèbres comme spider-man, film apprécié de beaucoup, a fait beacoup parler de lui à travers sacs spider-man, les T-shirt spiderman, les caleçons spider-man, des draps avec des dessins de spider-man, les jeux spider-man, des jouets et même des tableaux de décoration qui sont des dérivés du film et constituent une source de revenus immense pour les réalisateurs de ces films. Les tortues Ninja constituent aussi une source de grands revenus pour les réalisateurs de ce film. Les produits dérivés de l’univers des Tortues Ninja ont rapporté pas moins de 900 millions de dollars. Pour la plupart du temps, il arrive que les recettes obtenues après tournage du film soient largement inférieures aux recettes des ventes des produits dérivés. À titre d’exemple, les recettes obtenues des produits dérivés comme les jouets, les sacs de la reine des neiges s’élèvent à plus de 5,3 milliards de dollars, soit près du quadruple des recettes obtenues après le tournage du film.

Les avantages des produits dérivés des films

Avec les produits dérivés, le film se fait d’abord connaître à l’échelle mondiale. Il arrive qu’on connaisse certains films non pas parce qu’on les a regardés, mais à cause d’un sac, d’une chaussure ou d’un accessoire portant l’effigie du film ou du dessin animé. Les produits dérivés augmentent donc la célébrité ou créent la célébrité de certains films peu connus. Ensuite, dans le rôle commercial, ces produits garantissent un business plus productif que le film proprement dit. Ce qui génère énormément de profits non seulement pour les réalisateurs mais aussi pour les acteurs. Les films jouent donc un rôle distractif non seulement pour les passionnés et les amateurs, mais aussi pour les petits enfants d’un an, deux ans à travers les produits dérivés, c’est-à-dire les jouets. Cela profite tout une chaîne d’individus, les réalisateurs, les acteurs, les fabricants des produits dérivés, les vendeurs de ces produits ainsi que les revendeurs. Tous sont inclus dans la réussite et participent à chacune de leur vente à la publication du film.