Tous les sports pratiqués de manière intensive ont des effets néfastes sur les articulations. S’il est impossible d’éviter complètement une blessure, certaines mesures peuvent en réduire les risques.

  1. Réduire les tensions articulaires

  • Les sports à impact comme le rugby ou les sports impliquant la course ont ceci en commun qu’ils provoquent l’usure prématurée des tissus provoquant alors des douleurs articulaires aux épaules et au cou ou aux genoux et aux chevilles du fait de fréquents changements d’appui.

Il est possible de prévenir ces tensions articulaires en suivant un régime alimentaire approprié : le régime anti-inflammatoire. Basé sur l’apport de fruits et de légumes en quantité, il est également riche en acides oméga 3 et 6 qui lubrifient les articulations et le calcium et la vitamine D qui renforcent les os. En revanche, il est déconseillé de consommer des laitages et de la viande rouge. Les épices, notamment le curcuma associé au poivre noir et le gingembre pour leurs propriétés anti-inflammatoires sont recommandés.

  • Les sports sollicitant l’articulation du poignet et de la main comme le golf ou le canotage sont susceptibles d’occasionner un syndrome du canal carpien. En cause, la répétition d’un même mouvement durant de longues séances d’entraînement ou des postures contraignantes. À force, il peut y avoir une inflammation du nerf médian qui finit par se comprimer dans le tunnel carpien. Pour l’éviter, il faut prévoir des étirements du poignet très régulièrement. Si le syndrome apparaît, vous aurez intérêt à choisir une chirurgie de la main non invasive, moins douloureuse et nécessitant un arrêt moins long.

  1. Travailler son équilibre

Le travail de l’équilibre permet une meilleure stabilité et avec elle moins de risque de blessures. S’entraîner avec une planche d’équilibre réduit considérablement le nombre de blessures aux chevilles.

  1. Allonger le temps de récupération

La fatigue et le stress musculaire sont les plus mauvais ennemis du sportif. Il faut éviter les longues séances d’entraînement répétées, du moins les alterner avec des séances plus courtes et moins intensives et s’hydrater beaucoup.

  1. Choisir un sport adapté à ses capacités physiologiques

Si une fragilité d’une partie de votre corps est connue, mieux vaut opter pour un sport qui la sollicitera le moins possible. Demander conseil à votre médecin vous évitera des déboires.

  1. Bien s’équiper

La meilleure prévention est certainement de s’entraîner avec des chaussures bien étudiées à la pratique sportive choisie. Après un échauffement long, un entraînement progressif et des étirements à la fin, vous éviterez les froissements musculaires, tendinites et autres foulures.