L’apnée du sommeil se manifeste par des arrêts excessifs de la respiration pendant les périodes de sommeil. On parle d’apnée du sommeil lorsque ces interruptions surviennent plus de 10 fois par heure, pendant au moins 10 secondes. Si vous souffrez de tels symptômes, il faut rapidement prendre rendez-vous dans une clinique médicale privée Montréal. En pratique, il existe des personnes à risques, qui ont plus de chances de développer cette affection. Voici donc les 3 facteurs de risques de l’apnée du sommeil :

  1. Le surpoids

Comme pour de nombreux problèmes de santé, le surpoids est un facteur de risque très important. Une personne en surpoids voire obèse présente 7 fois plus de risques de développer une apnée du sommeil. De la même façon que l’obésité favorise les ronflements, elle dérange la respiration pendant le sommeil.

En position couchée, les voies respiratoires sont davantage bloquées par les amas graisseux, ce qui limite le passage d’air. Il en résulte des arrêts (apnées) ou des diminutions de la respiration (hypnopées). Dans ce cas, on parle plus précisément d’apnées obstructives du sommeil.

  1. L’âge

Ensuite, les risques d’apnée du sommeil augmentent considérablement avec l’âge. Des études ont ainsi révélé qu’à partir de 65 ans, ce syndrome était deux à trois fois plus fréquent.

L’explication réside dans le fait qu’en vieillissant, les tissus mous des voies respiratoires perdent en fermeté. En se détendant, ils dérangent le passage de l’air et peuvent alors provoquer des apnées du sommeil.

En complément, il est plus courant de prendre du poids en vieillissant, ce qui rejoint le premier facteur de risque.

  1. Les hommes davantage concernés

Par ailleurs, notez que les hommes sont deux à trois fois plus touchés par les apnées du sommeil que les femmes. À l’échelle mondiale, on estime que 1 à 5 % des messieurs sont concernés.

Cette différence s’explique par des particularités anatomiques. D’un côté, les hommes sont dotés d’une pomme d’Adam et d’un pharynx plus étroit que celui des femmes. L’air a alors plus de mal à circuler, ce qui entraîne potentiellement des apnées. De l’autre côté, les femmes sécrètent de la progestérone, qui tonifie les tissus (notamment au fond de la gorge). Leur respiration est donc facilitée, y compris pendant le sommeil.

Ainsi, il existe plusieurs facteurs de risques de développer une apnée du sommeil. Si vous êtes concerné, consultez sans attendre.