Louer un logement demande quelques précautions pour éviter les problèmes tant au niveau du voisinage que des impayés. En copropriété par exemple, il y a aussi quelques règles à respecter… Nos astuces pour louer en toute sérénité.

  1. Bien choisir son locataire

L’idéal pour louer en toute sérénité est de choisir la gestion immobilière professionnelle. À défaut, quelques précautions s’imposent :

  • L’enquête de crédit est un préalable indispensable pour connaître les habitudes de paiement de votre futur locataire.
  • Demandez aussi à voir les talons de paiement de ses loyers et les références de ses propriétaires. Ils seront généralement honnêtes, un ancien propriétaire n’a rien à gagner en mentant.
  • Dernière astuces, tentez avec tact et diplomatie de rencontrer votre futur locataire chez lui, histoire de vérifier l’état de son logement et sa capacité à l’entretenir. Vous aurez aussi l’occasion de rencontrer ses voisins.

 

  1. Suivre les règles particulières de la location en condo

Il est recommandé de donner au syndic les coordonnées de votre futur locataire. À défaut, si celui-ci commet une faute, vous serez tenu pour responsable. Remettez aussi avec le bail un exemplaire du règlement de la copropriété ainsi que toutes les modifications à venir.

En revanche, le syndic n’a pas le droit de demander à rencontrer votre locataire. Néanmoins, si celui-ci ne respecte pas les règles de vie commune, il pourra exiger la résiliation de la location. Passer un contrat de confiance avec votre locataire ne suffit pas toujours, des lettres de recommandation d’anciens propriétaires vous rassureront davantage.

  1. Le paiement des loyers

La date de paiement du loyer doit figurer sur le contrat de bail. À défaut de paiement, vous pourrez toujours lui octroyer un délai supplémentaire. Toute tentative de règlement à l’amiable est conseillée avant de saisir la Régie. Il arrive parfois qu’un propriétaire soit obligé d’enclencher une procédure. Si une injonction de la Régie ne suffit toujours pas, vous pourrez toujours faire un recours pour non-paiement de loyer. Vos créances pourront alors être rachetées.

Si vous avez l’intention de réviser le loyer à la date anniversaire du bail, vous devrez respecter un préavis. Par exemple, pour un bail de 12 mois, vous devrez en informer votre locataire entre 3 et 6 mois avant le terme ; s’il est inférieur à 12 mois, le délai sera de 1 à 2 mois comme pour les baux à durée indéterminée. N’oubliez pas d’indiquer le nouveau montant sur le bail et d’envoyer un avis conforme au modèle proposé par la Régie sous peine de nullité